Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>

header.imagePlaceholder

header.clickToEdit

header.imagePlaceholderheader.backgroundPlaceholder

header.clickToEdit
Association pour la Sécurité Routière des Motards

Tous les chiffres de 2018

L'ASRM a développé des graphiques interactifs sur la mortalité des conducteurs de deux et trois-roues motorisés en France pour l'année 2018. Sont traités les points suivants :

  1. Mortalité des deux-roues motorisés par catégorie de cylindrées en 2018 ;
  2. Mortalité des deux-roues motorisés par genre en 2018 ;
  3. Mortalité des deux-roues motorisés selon la catégorie de routes en 2018 ;
  4. Mortalité des deux-roues motorisés jour/nuit en 2018 ;
  5. Mortalité des motocyclistes selon la manœuvre principale avant l'accident en 2018 ;
  6. État des victimes accidentés en deux-roues motorisés en 2018 ;
  7. Mortalité des deux-roues motorisés par classe d'âge en 2018.

1. Mortalité des deux-roues motorisés par catégorie de cylindrées en 2018

En 2018, 760 usagers de deux-roues motorisés sont décédés sur les routes de France (métropolitaines et ultramarines) contre 786 en 2017, soit 26 vies épargnées (-3,3%).

Cette baisse est principalement due à la baisse de la mortalité routières des motards en 2018 qui a baissé de -6,3% (soit 42 tués de moins sur l'année 2018 par rapport à l'année 2017) mais qui reste globalement stable depuis 2013, avec une évolution de -0,6%, soit 4 décès en moins.

2. Mortalité des deux-roues motorisés par genre en 2018

Parmi les victimes tuées en 2018, 6,8% sont des femmes. On note cependant une augmentation de 6,1% des accidentés mortels chez les femmes par rapport à l'année 2017 soit une hausse de 3 décès.

À l'inverse, les accidents sont les plus mortels chez les hommes qui concentre 93,8% de la mortalité totale des usagers de deux-roues motorisés en 2018. Au niveau de l'évolution 2017-2018, la mortalité a baissé plus fortement (-3,9% soit 29 vies épargnées).

L'augmentation de la mortalité des cyclomotoristes en 2018 a concerné principalement les hommes (avec une hausse de 9 personnes tuées soit +8,2% qu'en 2017) qui représentent 89,5% des tués sur cyclomoteur. Le nombre de décès chez les cyclomotoristes féminins a doublé, soit 7 décès en plus qu'en 2017.

Les motocyclistes de sexe féminin représentent également près de 1/10 des tués sur motocyclette et 4 vies ont été épargnées en 2018 par rapport à 2017 (-9,5%). On enregistre 38 vies épargnées pour les motocyclistes de sexe masculin, soit -6,1% de mortalité qu'en 2017.

3. Mortalité des deux-roues motorisés par genre en 2018

La route départementale est le lieu le plus mortel pour tous les usagers de deux-roues motorisés. En 2018, 499 personnes ont été tuées dans un accident sur les routes départementales.

Sur cyclos comme sur motos, environ 2/3 de ces usagers décèdent sur les routes départementales.

 

Le nombre de décès sur les autoroutes fluctue peu chez les cyclomotoristes de 1 à 2 victimes décédées de 2017 à 2018 (+100%) et inversement chez les motocyclistes où 11 motocyclistes supplémentaire y ont perdu la vie (+27,5%).


En termes de baisse de la mortalité des usagers de deux-roues motorisés, il n'y a aucune amélioration sur les routes nationales (+2 individus de plus y ont succombé sur cyclo et +0 sur moto) à  l'inverse des autres voies (-3 morts sur cyclo et -5 sur moto).

Le lieu où la plus forte augmentation de nombre d'usagers en deux-roues motorisés tués de 2017 à 2018 est enregistré, concerne les autoroutes avec 12 personnes tuées de plus (+29,3%) soit 53 individus tués sur les autoroutes en 2018.

La voie communale est le deuxième lieu le plus accidentogène en termes de mortalité avec 155 décès enregistrés.

Les cyclomotoristes sont deux fois plus touchés par des accidents mortels sur les voies communales que les motocyclistes, respectivement de 31.6% (42 tués, en hausse de 16,7% soit +6 décès en 2018) et de 18.0% (113 tués avec -13,1% en 2018 soit 17 vies épargnées).

4. Mortalité des deux-roues motorisés jour/nuit en 2018

Près de 2/3 sont morts de nuit avec une hausse de 0,7%, soit 2 personnes supplémentaires de tuées en 2018 par rapport à 2017.

Près de 1/3 sont décédés de jour où 28 personnes ont eue la vie épargnée, soit -5,5% de 2018 à 2017.

Plus de 2/3 des motocyclistes sont décédés de jours soit 424 morts avec une amélioration des chiffres à l'an passé (-24 vies épargnées soit -5,4%). Le progrès se fait ressentir aussi de nuit avec 18 victimes de moins qu'en 2017 (-8,1%).

À l'inverse pour les cyclomotoristes, il y a plus de morts la nuit que de jour, contrairement en 2017, avec une dégradation du nombre de victimes de nuit (+20 morts en 2018 qu'en 2017 soit +35,1%).

5. Mortalité des motocyclistes selon la manœuvre principale avant l'accident en 2018

L'évolution la plus forte de la mortalité des motocyclistes selon la manœuvre principale avant l'accident en 2018 est en circulant entre les deux files avec 8 motards de plus ayant perdus la vie, soit +114,3% de plus qu'en 2017 et passe de la 9e place à la 7e place, soit 15 décès en 2018.

La seconde plus forte progression de mortalité est en circulant à contresens avec 5 motards décédés de plus qu'en 2017 (+62,5%), soit 13 motards décédés, restant à la 8e place des manœuvres principales avant l'accident mortel.

Les plus fortes baisses en nombre de motards décédés en 2018 par rapport à 2017 sont les déportés avec -14 morts pour les déportés à gauche (-20,6%, 3e cause de mortalité (-1 place)) contre -11 morts pour ceux à droite (-40,7%, 6e rang) et principalement en circulant sans changer de direction (-23 morts soit -6,5%) qui reste la première cause de mortalité.

Pour la totalité des manœuvres sur la gauche par rapport à la droite, on remarque qu'il y a moins de mortalité des manœuvres effectués à gauche qu'à droite.

6. État des victimes accidentées en deux-roues motorisés en 2018

Le nombre de tués représente 3,8% en 2018 contre 3,8% en 2017, c'est-à-dire une diminution de -3,3% soit 26 vies épargnées. Cette amélioration de la mortalité est due à une plus grande baisse chez les usagers sur motos que sur cyclos avec respectivement -42 vies sauvegardées (-6,3%) contre 16 décès déplorés de plus (+13,7%). En termes d'accident mortel pour chacun de ces usagers, cela représente 4,5% d'accidents mortels pour les motocyclistes et de moindre envergure pour les cyclos avec 2,2% d'accidentés mortellement les concernant.


Le nombre de blessés hospitalisés représente environ 1/3 des victimes (33,6% chez les cyclos et 35,9% chez les motos) avec -17,2% de moins qu'en 2017, soit 1 460 hospitalisées. Cette tendance à la baisse est valable pour les cyclos (-333 hospitalisés soit -14% de moins qu'en 2017) comme pour les motos (-1 127 hospitalisés soit -18,4% de moins qu'en 2017).

Le nombre de blessés légers représente près de 2/3 des victimes (64,2% chez les cyclos et 59,6% chez les motos) et enregistre une progression de +7,3% par rapport en 2017 soit 828 blessés légers supplémentaire portant à 11 378 blessés légers en deux-roues motorisés. Cette tendance à la hausse est valable pour les cyclos (+438 victimes blessées légèrement et prises en charge soit +12,6% de moins qu'en 2017) comme pour les motos (+390 victimes blessées légèrement et prises en charge soit +4,9% de moins qu'en 2017).

7. Mortalité des deux-roues motorisés par classe d'âge en 2018

Seule la classe d'âge des 20-29 ans enregistre un recul de la mortalité avec 34 vies épargnées (-14,9%) mais déplore le plus de victimes avec 194 morts.

Les trois plus fortes hausses en nombre en 2018 par rapport à 2017 concernent :

• les 60-69 ans avec +46 personnes ayant succombé sur les routes, soit +83,6% ;

• les 70-79 ans avec +31 décès déplorés, soit +344,4 % ;

• et les 10-19 ans avec +29 morts, soit +39,2%.

 

Plus de 2/5 des morts sur cyclomoteur concernent la classe des 10-19 ans avec +36,6% de plus qu'en 2017 soit 15 morts supplémentaire qui porte le nombre de victimes total en 2018 à 56 décès pour cette catégorie d'âge.


Plus de 1/4 des morts sur motocyclette concernent la classe des 20-29 ans avec 38 vies épargnées par rapport à l'année précédente (-18,5%) portant à 167 décès des 20-29 ans en 2018. La plus forte hausse de disparition de personnes concerne les 40-49 ans avec 16 décès de plus qu'en 2017 (+12%) soit 149 morts.

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus